Moi, coureur « naturel » ?

Je débute demain mon nouveau plan d’entraînement, et j’ai quelques interrogations quant à ma pratique de la course à pied. Comme vous l’avez lu précédemment, d’après un test sur tapis, je serais donc un coureur médio-pied, ou naturel.

Loin de moi l’idée de parler de philosophie du courir naturel, je ne maîtrise pas le sujet, et je n’ai surtout pas la volonté de me « connecter » au sol et de courir pieds nus. Je le respecte, mais je n’en ai pas envie. Je fais cependant un constat ; pendant quinze années de ma vie, j’ai pratiqué un sport pieds nus, et je me suis donc échauffé en courant sans chaussures entre un quart d’heure et une demie heure tous les deux jours ; ça a dû forcément laisser des traces sur ma foulée.

J’ai fait une seule sortie de 6 km avec mes nouvelles chaussures, permettant la foulée médio-pied ; le constat est sans appel !

– Je suis plus efficace niveau cardio.

– Je fais beaucoup moins de bruit au sol (les impacts sont donc moins importants).

– Je ne talonne plus du tout.

– Mes pieds ne chauffent pas, donc pas de rougeur, d’abrasion ou d’ampoule.

– Je prends plus de plaisir !

Il me reste une interrogation ; je fais près de 90 kg, peut-on donc être coureur lourd et naturel, sans risque ? J’avoue que ça me fait un peu peur.

D’après plusieurs articles lus sur la toile, et notamment des études scientifiques, il apparaît que ce serait justement mieux pour un lourd de courir naturel ; meilleure efficacité O2, meilleure biomécanique, moins de problèmes liés aux impacts.

De toute façon, il s’agit de ma foulée, donc il faut que je m’y adapte. Reste à éviter le risque principal ; la fracture de fatigue au niveau du pied, THE problème du courir naturel.

Publicités

13 réflexions sur “Moi, coureur « naturel » ?

  1. Runner λ dit :

    Version courte :
    Il me semble aussi que le poids est beaucoup moins un handicap avec une foulée médio-pied.

    Version longue :
    Les articles et bouquins sur la biomécanique de la course que j’ai pu lire semblent unanimes sur le fait que le plus important n’est pas COMMENT on pose le pied, mais OÙ on pose le pied.
    Le problème de la majorité des coureurs (et j’en ai fait partie) est de courir comme l’on marche, c’est-à-dire en lançant le pied loin devant, jambe tendue, ce qui nous fait toucher le sol bien en avant de notre centre de gravité. L’appui étant en complet déséquilibre, les articulations de la jambe sont très sollicitées, ce qu’aggrave encore le poids du coureur. Avec ce type de foulée le pied ne peut prendre appui que par le talon (et c’est d’autant plus vrai que le drop de la chaussure est important), d’où le terme « talonner ».

    La solution (toujours selon ces lectures) serait de prendre appui quasiment à la verticale de la hanche avec une foulée en cycle avant où le pied se pose dans un mouvement de l’arrière vers l’avant. Le plus souvent l’appui se fait alors sur la partie la plus large du pied, juste en arrière des orteils, ce qu’on appelle un appui médio-pied.
    Mais techniquement on peut même poser le pied parfaitement à plat ou même talonner, ça n’a pas tellement d’importance si l’appui est pris sous le (ou proche du) centre de gravité du coureur. Et dans cette configuration le poids n’est un problème que dans le sens où il faut quand même le déplacer 🙂

    Éviter de talonner à tout prix n’est pas un objectif très intéressant, il vaut mieux s’appliquer à ne pas lancer la jambe tendue en avant.
    Et je crois que tu as raison d’utiliser comme instrument de mesure le bruit de ta course. Moins tes semelles claquent et plus tu ménages tes articulations.

    • breizhammer dit :

      Merci pour ces éléments de précision, cependant je n’en attendais pas moins de toi. Il est aussi à noter que ce type de foulée change les muscles sollicités par la course à pied, et demandent aussi des chaussures beaucoup moins amorties, voire pas de chaussures du tout !

  2. cocoandco dit :

    Je suis passé d’une foulée très talonnante à une foulée médio-pied (semble t-il) en changeant de chaussures, le constat est simple, c’est moins traumatisant pour les articulations, le dos etc…je fais la moitié de ton, poids et j’en ressens les bénéfices alors j’imagine que c’est encore plus vrai pour les coureurs lourds…
    Par contre tu me donne l’idée d’aller voir du coté des archives de mon cardio, voir si il y a un avant-après…

    • breizhammer dit :

      C’est le drop des chaussures qui influe sur la foulée, il est plus simple de courir médio-pied sans drop.
      Tu es plus efficace sur le plat, car le talonnage inclue un effort pour redresser la barre (choc vers l’arrière) alors que la foulée médio-pied est en cycles vers l’avant.

  3. cocoandco dit :

    tu m’apprends un truc là; merci….mes chaussures actuelles ont un drop de 5 contre 9 (je crois) pour les précédentes…

    • breizhammer dit :

      Le drop change l’angle du pied au sol, il y a une vidéo sur youtube pour Saucony, qui montre bien cette influence entre drop et talonnage (je n’ai pas le lien sous la main, je ferai peut être un billet là dessus).

  4. cocoandco dit :

    je lirais ça avec plaisir …

  5. Adénine dit :

    Fracture du pied? A quel niveau?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s